Roger Lumbala lâché par un des ses lieutenants

Le dernier lieutenant de Roger Lumbala à l\'Assemblée nationale lui a tourné le dos. Constantin Kasongo Munganga a, dans un point de presse animé jeudi 24 janvier à la RTNC2, désapprouvé et dénoncé le comportement \'\'anti-patriotique\'\' du président du RCD/N. \'\'Lorsque certains parmi nous posent des actes qui peuvent avoir des conséquences sur la population, on doit le dénoncer. Ce ne qu\'en parlant de ça que je peux montrer ma position et être à l\'aise à l\'Assemblée nationale\", a déclaré ce député RCD/N.

Elu de la circonscription électorale de Katanda, au Kasaï-Oriental, Constantin Kasongo Munganga dit être dans une situation inconfortable étant donné que son parti est suspendu sur décision du gouvernement. Invalidé, Roger Lumbala n\'avait pas été surpris par la décision de l\'Assemblée nationale qui l\'accuse de haute trahison. Mais il a estimé que la procédure de son invalidation intervenue par vote \'\'n\'a pas respecté le règlement intérieur de la chambre basse du Parlement\'\'. \'\'En session extraordinaire, on ne peut traiter que des sujets inscrits à l\'ordre du jour. Une fois de plus, la loi a été violée et ça me renforce dans ma conviction de continuer ma lutte\'\', a souligné Roger Lumbala. Les députés ont invalidé le mandat de Roger Lumbala à la plénière du mardi 8 janvier, estimant pour la plupart d\'entre eux qu\'il a trahi la RDC en s\'affichant publiquement avec les rebelles du M23 et en les soutenant. Interrogé au sujet de ses liens avec cette rébellion qui sévit dans l\'Est de la RDC depuis le mois de mai 2012, le président du RCD/N a affirmé avoir été invité aux pourparlers entre le M23 et le gouvernement à Kampala par les rebelles en sa qualité de membre de l\'Opposition politique.

Il a indiqué ne pas être \'\'un membre effectif de ce mouvement armé\'\'. Certaines sources recoupées indiquent pourtant que le député invalidé est le vice-président de la délégation rebelle à Kampala. La position de Lumbala a révolté bon nombre de Congolais qui veulent voir l\'Est de la RDC retrouvée sa sécurité après plusieurs mois de guerre. \'\'Ce politicien traitre mérite même la pendaison publique pour avoir soutenu ceux qui tuent ses frères dans l\'Est du pays\'\', a déclaré un analyste politique.

Le procureur général de la République, Flory Kabange Numbi avait demandé la levée de l\'immunité de Roger Lumbala pour déclencher des poursuites judiciaires contre lui.

Interpellé par les services de sécurité du Burundi en septembre 2012, Roger Lumbala avait d\'abord nié tout lien avec le M23 avant de se rendre à Paris et de rallier officiellement ce mouvement rebelle début janvier. Dans les officines politiques, on entend dire que son parti, le RCD/N a été suspendu et pourrait être radié sur la liste des partis politiques congolais.

Pourquoi les politiques congolais ne lisent pas l\'histoire. S\'interroge le même politique, estimant que Lumbala n\'obtiendra pas gain de cause comme tant d\'autres Congolais qui avaient rallié  la cause de Kigali. Il cite entre autres Z\'Ahidi Arthur Ngoma, Emile Ilunga, Ernest Wamba dia Wamba, Adolphe Onosumba …

Il est important que les Congolais comprennent que  l\'heure a sonné de faire bloc pour faire échouer toute agression rwando-ougandaise. \'\'Il n\'est pas question d\'applaudir ces seigneurs de guerre une fois venus à Kinshasa\'\', a-t-il conclu.